Webinaire - la solidarité alimentaire à Bordeaux Métropole

Mis à jour le 2 novembre 2022

Le CCGAD organisait, le 22 septembre 2022, un webinaire pour partager les résultats de l'enquête sur la solidarité alimentaire à Bordeaux Métropole, réalisée par Pauline Régnier.

Mise en contexte de l’enquête

Pauline Régnier, étudiante en deuxième année à Bordeaux Sciences Agro, a réalisé un stage de 4 mois de juin 2022 à septembre 2022 à Bordeaux Métropole. Ce stage avait pour objectif d’établir un diagnostic des besoins des structures de la solidarité alimentaire sur le territoire métropolitain pour en tirer des leviers d’actions pour la métropole. Pour atteindre cet objectif, Pauline est allée à la rencontre de 23 structures de la solidarité alimentaire sur le territoire métropolitain pour recueillir leurs témoignages. L’enquête de terrain a été complétée par la consultation d’acteurs publics et d’experts.

Ce travail s’intègre dans la Stratégie Résilience Agricole et Alimentaire (SRAA) de Bordeaux Métropole qui a vocation à transformer le système alimentaire métropolitain vers plus de durabilité.

Une soixantaine de personnes ont assisté à ce webinaire pour échanger autour de :

  • La restitution de l’étude Pauline Régnier, stagiaire au sein du service Santé et Résilience à Bordeaux Métropole
  • L’intervention de Morgane Scouarnec, chargée de mission projet alimentaire à la ville de Bordeaux pour présenter le travail engagé par le CCAS sur le sujet de la solidarité alimentaire

Qu’est-ce que la solidarité alimentaire ? Donner l'accès en tout temps et à long terme à une quantité quotidienne suffisante de nourriture, à un coût raisonnable. C'est le pouvoir de choisir, en toute dignité et en ayant accès à une information claire et fiable, une alimentation saine, variée et salubre. (Ministère, Québec), cela concerne l’ensemble des structures qui participent à lutter contre la précarité alimentaire de manière globale.

Principaux résultats de l’enquête

Etat des lieux de la précarité alimentaire sur le territoire 

Le taux de pauvreté moyen à Bordeaux est de 14%, il varie de 3,7 % à Saint-Aubin-de-Médoc à plus de 25,5 % à Lormont et Cenon (Insee, 2018). Le quartier des Aubiers à Bordeaux est le premier quartier le plus précaire de Nouvelle-Aquitaine ( CCAS de Bordeaux, 2022).

A Bordeaux, le prix représente le premier critère d’achat pour 84 % de personnes sans activité professionnelle (Cefil, 2016). Selon une étude réalisée par l’association VRAC en 2021 dans les Quartiers Politique de la Ville (QPV) de la Métropole, où vivent plus de 60 000 personnes, les fruits et légumes bio sont en moyenne 50% plus chers que ceux cultivés en agriculture dite conventionnelle. Par ailleurs, le prix des calories de fruits et légumes est en moyenne 3 fois plus élevé que pour les produits gras et sucrés. Ainsi, le coût des produits dits de qualité reste la première barrière à l’achat pour les personnes ayant des revenus modestes. Les plus précaires achètent donc des produits moins chers, de moins bonne qualité, ce qui n’est pas sans conséquence sur leur santé.

En Gironde en 2011, la Banque Alimentaire nourrissait 12 000 personnes par semaine. Ce chiffre est en augmentation puisqu’en 2021 ce sont 22 000 personnes qui bénéficiaient de cette aide (Rapport d’activité de la Banque Alimentaire de Gironde, 2021). Les publics de la solidarité sont essentiellement des femmes et des familles monoparentales. De plus en plus d’étudiants, de retraités et de salariés font appel aux structures de la solidarité alimentaire pour se nourrir.  Le maillage associatif est dense à Bordeaux Métropole, ce qui permet de répondre aux besoins de ces profils variés.

Besoins des structures de la solidarité alimentaire

  • Un besoin de structuration des réseaux de la solidarité alimentaire : 30% des structures enquêtées relèvent une difficulté à échanger avec les têtes de réseau ;
  • Un besoin de soutien en cas de crise, une hausse de la demande dans 60% des structures enquêtées est observée. Parmi les structures enquêtées, 30% se disent inquiètes d’une hausse de la fréquentation ;
  • Une demande de soutien pour développer l’approvisionnement (surtout pour les épiceries sociales et solidaires) : 20% des structures notent une baisse de l’approvisionnement et 50% des structures enquêtées passent seulement par des achats. L’achat de produits de meilleure « qualité » entraîne une hausse des prix qui n’est pas tenable pour les bénéficiaires de la solidarité alimentaire ;
  • Une approche projet est nécessaire face à un investissement décroissant des structures ;
  • Un besoin d’aller plus loin sur le sujet de la précarité alimentaire.

Bordeaux Métropole n’a pas la compétence sociale qui revient au département. En revanche, elle est légitime par son projet alimentaire de territoire d’inclure la solidarité alimentaire dans la transformation de fond du système alimentaire métropolitain.

Leviers d’actions pour la métropole 

  • Accompagner la structuration de la solidarité alimentaire à l’échelle des CCAS et à l’échelle intercommunale ;
  • Mettre en réseau les différents acteurs à travers le CCGAD : 30 % des structures abordent la mise en réseau, la réflexion collective et la coopération comme un levier ;

35% des structures souhaitent que Bordeaux Métropole favorise les partenariats avec les agriculteurs ;

Le CCGAD est connu par 70% des structures enquêtées, il s’agit d’un lieu intéressant pour aborder la notion de dignité, frein principal des personnes en situation de précarité.

  • Aider à la création de protocoles de crise communaux ;
  • Soutenir financièrement les acteurs : 70% des structures l’évoquent comme un levier pour Bordeaux Métropole ;
  • Mener un travail de sensibilisation de lutte contre le gaspillage alimentaire et communiquer sur les possibles recours aux circuits de dons ;
  • Coordonner les structures concernées par le don et les structures de la solidarité alimentaire ;
  • Favoriser le développement d’une plateforme d’approvisionnement et logistique pour l’achat de produits, mutualisée pour les structures de la solidarité alimentaire ;
  • Mener des actions de sensibilisation à une alimentation de qualité ;
  • Favoriser l’approche projet ;
  • Financer l’expérimentation.

Au travers de ses actions autour de la gouvernance, la sensibilisation, et l’accès pour toutes et tous à une alimentation de qualité et durable, la SRAA permet de répondre à l’ensemble des leviers d’actions mis en avant. D’autres actions, comme l’accompagnement de la restauration collective vers plus de durabilité et d’inclusion, permettent à la Métropole de lutter contre l’insécurité alimentaire sur son territoire.

Intervention de Morgane Scouarnec, chargée de mission projet alimentaire à la ville de Bordeaux

Une étude a été menée par l’équipe du CCAS de Bordeaux pour connaître les conditions des structures de la solidarité alimentaire à Bordeaux Nord après 2 ans de crise sanitaire. Le recensement a montré l’existence de nombreux dispositifs d’accès à l’alimentation et de nombreux dispositifs de sensibilisation à la cuisine et à l’alimentation de qualité. Cependant, une différence est notable entre quartiers : le quartier de Bacalan est très fourni en associations, alors que peu de structures sont recensées aux Aubiers et dans le quartier du Grand Parc.

Plusieurs constats ont été posés :

  • Les retours sur la qualité des produits sont positifs : les associations font un gros travail pour proposer des produits frais mais il manque des produits carnés ;
  • Un enjeu est beaucoup ressorti, celui de réussir à mettre à l’aise les bénéficiaires, en détournant l’effet stigmatisant des personnes reçues ;
  • Difficulté à mobiliser des bénévoles, de nombreux bénévoles plus âgés sont partis notamment pendant la crise du covid alors qu’une hausse de la fréquentation est constatée.

Les pistes d’actions envisagées :

  • Le projet de la Maison Bleue permettra la mutualisation logistique pour l’aide alimentaire via notamment la confection des colis alimentaires, afin de mieux couvrir le territoire de Bordeaux Nord pour la livraison de colis ;
  • La création de groupements d’achats ;
  • Une réflexion de fond sur le changement de modèle : comment trouver des solutions plus pérennes dans l’accompagnement social des personnes et favoriser l’accès aux droits ;
  • Idée de constitution d’un collectif de solidarité alimentaire.

L'équipe remercie les personnes ayant participé à cette enquête ainsi que les participants au webinaire.

Télécharger la présentation du webinaire

Télécharger le rapport de stage de Pauline Régnier

Pour rappel, le rapport de stage présenté ici est un travail étudiant.