Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

La gouvernance alimentaire à Bordeaux Métropole

Les villes françaises commencent à s'emparer de l'alimentation comme une thématique transversale à même de répondre aux défis des territoires.
mots de la gouvernance alimentaire

La gouvernance alimentaire consiste à animer une triple transversalité :

La gouvernance alimentaire désigne un nouvel ensemble de coopération entre les différents acteurs et les échelons d’interventions géographiques, dont l’arène commune est l’enjeu alimentaire

Terres en Ville

Une transversalité au sein même de la collectivité : il s’agit de faire de l’alimentation une porte d’entrée pour répondre aux enjeux du territoires (économiques, sociaux, environnementaux, culturels), en mettant en cohérence les différentes politiques publiques sectorielles ;

Une transversalité entre échelons administratifs (communes, métropole, département, région, Etat), afin de mutualiser leurs compétences en lien avec l’alimentation ;

Une transversalité entre la collectivité et les acteurs du territoire, afin de mettre en réseau acteurs publics, privés et associatifs et ainsi construire des projets collectifs.

Une démarche de gouvernance alimentaire implique également d’assurer une solidarité entre les territoires et de redéfinir la co-responsabilité des différents acteurs en présence.

Bordeaux Métropole s'est engagée dans une démarche de gouvernance alimentaire en 2015, en signant le Pacte de politique alimentaire urbaine de Milan.

Historique de la gouvernance alimentaire à Bordeaux Métropole

    2011

    En 2011, le rapport Quévremont soulignait la limite à une seule journée de l’autonomie alimentaire de la Communauté urbaine de Bordeaux : la production de produits frais (fruits et légumes, produits laitiers, viande) sur le territoire de la Cub représentait alors moins d'un jour de la consommation annuelle correspondante.

    2014

    En 2014, Bordeaux a été retenue comme ville-pilote dans le cadre d’un chantier sur la gouvernance alimentaire aux côtés de la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) et du Pays Basque.

    La DREAL Aquitaine a piloté ce projet pilote de deux ans avec l’appui de la DRAAF Aquitaine et de l’ ARS Aquitaine, afin de coordonner leurs efforts et compétences.

    Cette expérimentation visait à réfléchir aux modalités nécessaires à l’élaboration d’une politique publique de l’alimentation intégrée à l’échelle de ces trois territoires et de leur région urbaine.

    Elle a permis d’élaborer en partenariat avec l’IUFN un diagnostic territorial de Bordeaux Métropole et une cartographie d’acteurs, mettant en évidence les forces et les faiblesses du bassin de consommation et identifiant les nombreuses initiatives en lien avec l’alimentation du territoire.

    2015

    Le 3 juin 2015, le forum « Mangeons » a réuni plus de 90 professionnels autour de la présentation du diagnostic territorial et de la cartographie d’acteurs de 2014, afin de réfléchir à des actions collectives à mener en faveur d’un système alimentaire durable. A l'occasion de ce forum, la collectivité a signé le Pacte de politique alimentaire urbaine de Milan. C’est une charte d'engagement internationale en faveur d'une alimentation durable pour tous, qui a pour vocation de créer un réseau d’échanges d’expériences entre les 142 collectivités signataires sur le thème de l’alimentation.

    Le 1er octobre 2015, l’évènement participatif intitulé « Vers un conseil de gouvernance alimentaire » a permis de dessiner les contours d’un nouveau mécanisme de gouvernance de l’action territoriale, qui puisse articuler les actions des acteurs publics, privés et de la société civile sur la thématique alimentaire.

    2016

    Plusieurs séries d’ateliers multi-acteurs ont permis de poursuivre les échanges et d’élaborer des documents visant à formaliser un conseil de gouvernance alimentaire sur le territoire de la métropole bordelaise.

    2017

    Le 19 mai 2017, Bordeaux Métropole a acté la création du Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable, pour une période expérimentale de trois ans. Cette période vise à expérimenter une démarche innovante de gouvernance alimentaire et à mettre en œuvre un dispositif de suivi pour mesurer l’impact des actions menées.

    2018

    En 2018, les membres du CCGAD se sont réunis à l’occasion de plusieurs séries d’ateliers de fabrique pour co-construire le plan d’action du CCGAD. Une charte des membres a été élaborée par les porte-paroles des collèges d’acteurs.

    2019

    En 2019, le CCGAD entame la mise en œuvre de son plan d’action.