Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Les missions du CCGAD

Afin de mettre en oeuvre une gouvernance alimentaire, le CCGAD s'est engagé à porter quatre grandes missions.

Les missions du CCGAD

Le Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable porte quatre grandes missions :

  • Fédérer les acteurs et animer les coopérations

En mettant en réseau les acteurs des territoires, le CCGAD a pour vocation de favoriser la mutualisation de leurs compétences, de faciliter le développement de partenariats et de promouvoir une vision systémique et concertée de l’alimentation, basée sur la co-responsabilité des acteurs du territoire.

  • Sensibiliser, valoriser, porter à connaissance

Le CCGAD vise à favoriser l’information et à mobiliser le plus grand nombre (citoyens, acteurs locaux et élus) dans la mise en œuvre d’un système alimentaire durable. Il assure dans ce sens une veille active sur les initiatives existantes et émergentes.

  • Soutenir les initiatives locales et les expérimentations

Le territoire regorge d’initiatives en faveur de l’alimentation durable que le CCGAD peut accompagner. Il peut aussi développer des expérimentations aux côtés des acteurs locaux pour tester des projets, faire émerger des solutions originales et viables sur le plan économique, social et environnemental.

  • Suivre et évaluer les performances du territoire

Caractériser, comprendre et anticiper les évolutions du système alimentaire permet au CCGAD d’évaluer les impacts à moyen et long terme des décisions et des actions qu’il mène, de formuler des recommandations auprès des décideurs politiques locaux ou autres acteurs du territoire pour avancer vers un système alimentaire local durable.

Des missions définies collectivement

Les missions du CCGAD ont été définies par ses membres en 2019 à l'occasion des ateliers de fabrique qui ont permis d'élaborer le plan d'action et la charte du CCGAD. Ces missions se déclinent en 25 actions qui lient les membres du CCGAD.

Découvrir le plan d'action du CCGAD

Des missions inspirées des food policy councils

Le CCGAD est une instance pionnière en France, mais d'autres villes dans le monde ont pris depuis longtemps l’engagement d’aller vers un système alimentaire territorial durable en se dotant d’une gouvernance alimentaire locale, comme l'encourage le Pacte de Milan. Les membres du CCGAD ont donc défini ces missions collectivement en adaptant les retours d'expérience des food policy councils, conseils de politique alimentaire anglo-saxons, aux enjeux du territoire métropolitain. Parmi ces villes, Toronto, Bristol et Montréal ont accepté d'échanger avec l'équipe d'animation du CCGAD pour présenter leur démarche.

L'exemple de Toronto

La ville de Toronto est régulièrement citée en tant qu’exemple dans la construction d’une stratégie alimentaire puisqu’elle a été l’une des premières à s’emparer de la problématique de l’alimentation en ville dès les années 1990. Le Food policy council de Toronto est créé en 1991 comme un sous-comité du conseil de santé afin de conseiller la ville de Toronto dans sa politique alimentaire. Le conseil rassemble des acteurs de l’alimentation et de l’agriculture afin de développer des projets et des politiques innovantes qui mettent en avant une alimentation saine. Elle fournit également un forum d’actions du système alimentaire.

Les membres du conseil identifient les problèmes alimentaires émergents qui pourraient impacter les habitants, promeuvent l’innovation du système alimentaire et facilitent le développement de la politique alimentaire.

L'exemple de Bristol

En 2009, la ville de Bristol rédige un rapport intitulé « Qui nourrit Bristol ?» dans le cadre de ses recherches sur les solutions au pic pétrolier afin d’explorer les caractéristiques du système alimentaire. L’une des recommandations porte sur la création d’un food policy council qui est votée en 2011. Ainsi, Bristol est la première ville britannique à créer un conseil de politique alimentaire. Son objectif premier est de s’assurer que les habitants et touristes de Bristol aient accès à une alimentation de qualité qu’elle définit comme : « Vitale pour la qualité de vie des habitants de Bristol. Aussi goûteuse que saine et abordable, l’alimentation que nous mangeons devrait être bonne pour la nature, bonne pour les producteurs, bonne pour l’économie locale et bonne pour le bien-être animal ».

Les rôles du conseil portent quant à eux sur différents axes :

  • Promouvoir le plan « Alimentation saine » en lien avec les acteurs locaux.
  • Déléguer des programmes spécifiques et superviser les progrès accomplis.
  • Faciliter la coordination entre les différentes initiatives du food policy council de Bristol.
  • Assurer un rôle de plaidoyer pour le développement de politiques locales et régionales pour un système alimentaire sain, soutenable et résilient.
  • Réaliser un bilan annuel et le présenter lors d'une conférence / d'un événement annuel.
L'exemple de Montréal

Dès 2011 la ville de Montréal élabore un plan de développement 2025 du Système Alimentaire Montréalais (SAM). Cette démarche donne lieu à la création d’un conseil des politiques alimentaires de Montréal en 2018. Le conseil se compose d’un comité de coordination rassemblant des membres statutaires et des membres sélectionnés. Quatre rôles lui ont été définis :

  • Agir comme espace de coopération, de concertation et de maillage régional et local.
  • Agir à titre de ressource-conseil régionale auprès des partenaires et acteurs publics et privés de l'agglomération.
  • Développer des propositions et promouvoir des priorités et des politiques favorables à un système alimentaire durable et équitable.
  • Agir comme incubateur d'initiatives régionales structurantes et levier financier régional.